Le métier de Facteur de Perles
Le Facteur de Perles, également appelé Perlier d'Art, utilise une technique apparentée au verre filé. 
Le verre sous forme de baguettes est chauffé à la flamme d'un chalumeau.
L'extémité fond, et est déposée sur un support (verre, mandrin métallique) et étirée en un fil de verre en fusion, d'où le nom de verre filé. 

Chauffée à 780°C à la flamme du
chalumeau, la baguette de verre  commence à fondre.
Tel un long fil de verre
(d’où son nom de verre filé),
ce serpentin liquide est déposé sur un mandrin, une
longue et fine tige métallique, en inox, en acier ou en cuivre. 

La réalisation de perles requiert l'utilisation d'une tige en acier ou en cuivre, le mandrin, sur laquelle sera déposé le verre.
Une fois la perle refroidie, cette tige est retirée et laisse la place à un trou qui servira à enfiler la perle.
La plupart du temps une petite quantité de verre est déposée sur le mandrin pour former un noyau.

La mini boule de verre posée sur le
mandrin devient, au fil des tours que lui
imprime le perlier, de plus en plus grosse,
de plus en plus ronde, ou au contraire étirée.
C’est le tour de main de l’artisan qui fait le reste.

Un décor est déposé sur le noyau à l'aide de fines tiges de verre préparées au préalable.
L'utilisation de baguettes de verre de différentes couleurs, opaques ou transparents, permet la création de motifs ou d'entrelacs. 
Ce processus peut durer de quelques minutes à plus d'une heure, en fonction de la complexité de la perle.

Si d’autres teintes sont mêlées à
la première, le travail sur une seule perle peut
être très long : jusqu’à une heure et souvent davantage,
d’autant que d’autres matériaux viennent apporter
leur touche à l’ensemble : feuille d’argent, de cuivre, ou d’or...
Plus on chauffe, plus les reliefs
se fondent,les inclusions s’imbriquent
dans le verre ou, au contraire, restent en surface. 

D'autres techniques comme le soufflage peuvent également être utilisées.
La perle est finalement placée dans un four de recuisson pour améliorer ses caractéristiques mécaniques.
Certains perliers travaillent encore ensuite la perle de verre à froid en la dépolissant ou la taillant.
La perle terminée est immédiatement placée dans
le four de recuisson, à température constante de 520°C.
En fin de journée, le four enclenche trois grandes
étapes de cuisson pour assurer la solidité des créations.
Celles-ci ne seront sorties du four que le
lendemain, le mandrin laissant place au trou de la perle.